-1
archive,category,category-rencontre-avec-un-tireur-dexception,category-1387,theme-stockholm,cookies-not-set,qode-social-login-1.1.3,qode-restaurant-1.1.1,stockholm-core-1.1,woocommerce-no-js,select-theme-ver-5.1.8,ajax_fade,page_not_loaded,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

Rencontre avec un tireur d’exception

Conversation avec un tireur d’exception : Rafael Savin, fleurettiste

Rafel Savin, fleurettiste

« Pour aborder plus facilement ce confinement, j’ai décidé de rentrer chez moi dans le Sud. Malgré tout, j’essaye de ne pas m’installer dans une routine et j’essaye de garder un certain rythme (qui n’est pas celui des vacances). »

Cette semaine j’ai rencontré Rafael Savin, notre fleurettiste préféré, via instagram #TousConfinés. Lui aussi porte vaillamment les valeurs du sport avec calme et sérénité… – Angela M.

J’suis au taquet et j’aimerais savoir où tu en es. La nouvelle du report des J.O. est tombée , mais comment ça se passe pour les tireurs ? Comment ça va se passer pour toi ?

Comme tous les autres tireurs, je suis bloqué chez moi sans avoir la possibilité de m’entraîner comme je le souhaiterai. Toutes les compétitions internationales sont suspendues jusqu’à la saison prochaine et nous attendons de savoir si les championnats de France M20 auront lieu. Il n’y a pour l’instant pas grand chose à faire à part attendre de voir comme évolue la situation. En attendant, je continue à m’entretenir physiquement pour revenir à l’entraînement dans de bonnes conditions et pour commencer à préparer la saison prochaine.

Comment vis-tu le confinement ?

Pour aborder plus facilement ce confinement, j’ai décidé de rentrer chez moi dans le Sud. Malgré tout, j’essaye de ne pas m’installer dans une routine et j’essaye de garder un certain rythme (qui n’est pas celui des vacances). Je me concentre un peu plus sur mes études durant cette période en espérant valider plus de modules que prévu d’ici la fin de l’année.

C’est quoi une journée type pour toi, depuis le confinement ? quelles mesures ont été prises dans le cadre de tes études ? Vous vous débrouillez seuls ? Visioconférences ?

En me levant, je fais un peu de sport (1h environ) puis je consacre mon après-midi au travail scolaire afin de libérer ma soirée pour avoir un peu de temps pour moi-même. Cela change beaucoup d’une journée type avant le confinement.

Suite à la décision qui a été prise de fermer l’INSEP, mon école a contacté les sportifs dans le même cas que moi pour organiser un suivi quotidien des cours et nous a encouragé à nous consacrer à nos études en ces temps difficiles. Tous les jours, les cours sont mis en ligne et c’est aux élèves de les consulter en autonomie, ce qui ne change pas trop par rapport à avant le confinement pour ma part. Pour ce qui est des examens, ils sont pour certains maintenus et seront à faire en ligne également, pour d’autres reportés car les conditions ne sont pas réunies pour les faire.

C’était comment avant ?

Tout était très différent avant le confinement. Je m’entraînais sur Paris à l’INSEP et au CREPS de Châtenay-Malabry pour préparer mes futures échéances. Toutes mes journées étaient différentes les unes des autres en fonction de mon emploi du temps scolaire et sportif. Globalement, je m’entraînais entre 3 et 4h par jour (des fois plus) 5 ou parfois 6 jours par semaine. Toutes les conditions étaient réunies pour que je réussisse au mieux ce qui n’est pas totalement le cas pendant le confinement puisque je ne peux pas être suivi par mes entraîneurs.

Comment as-tu vécu l’annulation du départ en Croatie ? Mal, on s’en doute. C’était déjà dur pour ceux qui supportent et attendent, mais c’est d’autant plus dur quand on sait qu’on aurait fait des résultats. Vous étiez nombreux à ne pas partir. Comment vous l’avez vécu, et qu’est-ce qui te permet aujourd’hui de relativiser ?

L’annulation du départ en Croatie a été très mal vécue par l’ensemble de l’équipe car nous avons été prévenus la veille au soir du départ. La déception était d’autant plus grande sachant que notre groupe était très en forme sur les compétitions internationales depuis le début de la saison et que nous nous étions durement préparés pour cette échéance que nous abordions avec une totale confiance en nous.

Notre première motivation pour sortir la tête de l’eau était l’idée de nous préparer encore mieux pour arriver aux championnats du monde prêts. Étant donné qu’ils sont annulés, nous espérons qu’ils vont être reportés en début de saison prochaine. Malgré, ces 2 grandes déceptions, on ne peut que relativiser en voyant le report des JO et en imaginant la déception des nombreux athlètes qui s’y préparaient depuis longtemps…

Une dernière petite question quand même. Tes journées me semblent chargées. Tu joues aux jeux vidéos ?

Ah bah mon temps libre le soir c’est pour jouer avec mes potes à la ps4 😂

😂😂😂
À quels jeux ?

Je joue beaucoup à Call of Duty Warzone en ce moment.
Mais aussi à Apex Legends

Je valide. Pas de jeu type Assassin’s Creed ou même Dark Souls ? Quelque chose avec un truc qui ressemble à une épée ⚔ ? C’est pour mes stats 😂

Ah Ah ! Ça marche 😂
Je jouais avant à Assassin’s Creed et ça m’arrive d’y rejouer de temps en temps.

Ah ben quand même un minimum Assassin‘s Creed 😂

Oui mais ça reste rare quand même 😂

C’est toujours ça.
En tout cas merci Rafael. Tes réponses sont très intéressantes.

Il y a pas de quoi ! Merci ! 😊

Conversation avec un tireur d’exception : Nathan Fougy, épeiste

« Je me dis que je suis mal placé pour me plaindre. Je suis en bonne santé et il y a des gens pour qui la situation est bien plus compliquée alors je n’ai pas le droit de me plaindre »

La semaine dernière j’ai rencontré Nathan Fougy, notre épéiste préféré, via Instagram, confinement oblige. C’est toujours agréable d’échanger avec cet athlète dont le calme et l’empathie sont des atouts. Il porte les valeurs du sports avec philosophie et maturité ( je ne dis pas sagesse parce qu’il a moins de 67 ans ). – Angela M.

Pour commencer j’aimerais savoir où tu en es. On sait que la situation est catastrophique pour les tireurs ( comme pour les autres sportifs ). Qu’est-ce qu’il est prévu pour toi ? À quoi ressemble tes journées pendant le confinement ? Je veux dire en dehors des moments de grâce avec le papier toilette… ou pas, les tireurs connectés savent de quoi je parle 😊

Nathan : C’est une situation compliquée en ce moment. J’avais un rythme avec minimum 15h de sport par semaine et maintenant je fais juste un footing tous les 3 jours. Mais ce confinement est nécessaire, il y a des priorités dans la vie donc je m’adapte 😉
Sinon pendant le confinement je regarde Netflix, je joue un peu aux jeux vidéos et je me repose. Et aussi un peu de musculation chez moi.

Oh ! À quel jeu tu joues ? Euh sans tricher. Et quelle console ?

Nathan : Je joue principalement à Fifa 20 sur Ps4.

Les gens normaux sont tous en train de prendre du poids. Tu te lèves vers quelle heure ? Et concrètement ta journée type c’est quoi et c’était quoi avant ?.

Nathan : Je me lève vers 9h-9h30, et après petit-déj, douche et après je regarde Netflix. L’aprèm je joue, je me repose et en fin d’aprèm je fais de la muscu.
Avant j’avais entrainement d’escrime tous les soirs, prepa physique 2 à 3 fois par semaine et 2 leçons individuelles donc j’avais des journées un peu sportives.
Et pour éviter de prendre du poids je fais toujours attention à ce que je mange et je vais courir plusieurs fois par semaine

L’escrime c’est beaucoup de mental aussi. Tu viens de me décrire une de mes journées « vidage de cerveau ». Nerveusement le fait de devoir relâcher autant de pression ( du moins de mon point de vue ) d’un coup, cela crée-t-il des coups de blues ? Est-ce que tu relâche seulement ? Tu vis seul ?

Nathan : Des coup de blues non parce que je sais que le confinement est une bonne chose alors je n’y pense pas. Et oui je fais le confinement seul mais je suis en contact avec les membres de familles tous les jours.

T’es un Jedi en fait. Non sans rire. La moitié des confinés sont en train de littéralement péter un câble. Toi, tu fais preuve de beaucoup de philosophie et de beaucoup de sérénité. C’est peut-être le secret de ta force, non ?

Nathan : Je me dis que je suis mal placé pour me plaindre. Je suis en bonne santé et il y a des gens pour qui la situation est bien plus compliquée alors je n’ai pas ne droit de me plaindre

Tu prouves que sport individuel et empathie font bon ménage. C’est toujours appréciable. T’es super zen. T’es aussi zen sur FIFA ? Attention, à ce que tu dis, l’article sera en ligne donc tes amis vont le voir.  J’avoue que je répertorie les joueurs de FIFA capables de rester zen et pour l’instant j’suis à 2, donc à la question « tu connais des joueurs de FIFA qui ragent pas » ( dixit un joueur de FIFA qui rage ) je me contente de répondre oui et reste évasive sur le « combien ? » alors, puis-je passer à 3 ( un palier quand même. 3 c’est un vrai « plusieurs » ) ?

Nathan : Je ne suis pas tout le temps zen pour être honnête, mais en vrai ça va, j’arrive souvent à rester calme 😉 je relativise en me disant que c’est qu’un jeux vidéo, même si des fois certaines défaites sont rageantes 😂

Mouais ! T’es en train de me dire que je passe pas à 3 ?!! 😂
Sinon, j’aurais pensé que la plupart des tireurs seraient à fond sur Black Flag ou Dark souls, tu y joues ?

Nathan : Ah non du tout, pour l’instant c’est que Fifa.

Comme quoi les idées reçues ont la dent dure.

Confinement oblige, comme tout le monde, tu joues. Tu cuisines aussi ? C’est quoi ta recette spécial confinement ?

Nathan : Je vais sûrement pas être très original en disant des pâtes 😉

Oh la ! ça dépend. Au beurre ? Nature 😱 ? Pesto ? Tomates ?

Nathan : Tout. J’ai le temps de tester plein d’accompagnements 😂

Nature H24, ça n’aurait pas été facile. Peux-tu donner la recette d’un accompagnement prêt en moins de 5 mn que t’adores. ( beurre et nature non acceptés bien sûr )

Nathan : J’ouvre un pot de sauce bolognaise et c’est bon 😂

😂😂😂

J’aurais pas dû poser la question. C’est ma faute.

Nathan : Je choisis souvent la facilité quand il s’agit de me faire à manger 😂

Je vois. 

Sinon autre sujet. Celui qui divise les sportifs pro en ce moment. Les JO, t’en penses quoi  ?

Nathan : Je comprends que ça soit un sujet qui divise parce que moi-même j’ai du mal à me décider :
– d’un côté c’est inenvisageable d’organiser des JO pendant une pandémie. Bien que ça soit un événement sportif mondial, la santé des athlètes, mais aussi de tout le monde, est pour moi prioritaire donc pour ça je suis pour le report des JO
– mais d’un autre côté, je pense à tous les athlètes (pro ou amateurs) qui se sont qualifiés pour ces JO et qui ne pourront sûrement pas défendre leur chance. Sont-ils d’office qualifiés pour les JO si ceux-ci se passent en 2021 ? Mentalement ça doit être très dur. Tous les athlètes qualifiés ont fait d’énormes sacrifices depuis le début de l’olympiade, tout ça pour peut-être rien.
En tant que spectateur je serai forcément déçu si les JO sont reportés à l’année prochaine, mais ma déception est minime par rapport à la déception des athlètes qualifiés

Effectivement, c’est 4 ans balancés aux orties. Pas forcément rattrapables.
Mais ça fait aussi partie du jeu

Nathan : C’est le cas pour tous les athlètes du monde donc oui obligés de faire avec.

Merci Nathan pour ce moment.
À bientôt

Nathan : Pas de soucis, ça ma fait plaisir.
A bientôt

2 tireurs à Paris

La semaine dernière nous avons quitté le Rhône pour embrasser Paris. Mais pas que. On ne quitte pas Lyon ou notre atelier de Pont-Evêque pour rien ( enfin pas juste pour « embrasser Paris » ). Nous sommes allés à la rencontre de Nathan Fougy, épéiste, et Rafael Savin, fleurettiste, pour une session photo très particulière.
Nathan, 22 ans, c’est le pouvoir à l’état brut. Cet athlète qui prépare un master 2 science du médicament ( parcours Drug Design. Tout de même pas une paille ), montre à chaque résultat un investissement à toute épreuve dans un sport qui le passionne et couronne ceux qui font preuve de mental. Comme pour beaucoup d’athlètes de haut niveau, sa force et sa détermination n’est plus à prouver. L’étendard dont toutes les marques rêvent.
Quant à Rafael, il possède tout comme Nathan, un beau palmarès et est aussi champion de France. Il fait preuve d’une concentration et d’une persévérance sans équivoque, un plus pour cet étudiant en licence 1 STAPS qui prévoit d’intégrer une école de Kinésithérapie. Ses résultats à 18 ans font aussi de lui un athlète à suivre.
Nous sommes fiers, d’êtres représentés par ces 2 beaux personnages qui sont déjà de grands athlètes, et honorés de pouvoir les accompagner dans leurs parcours respectifs en mettant tout notre savoir-faire au service de leurs performances hors normes..